Le blog de Dom



Pour un cours de mathématiques avec exercices corrigés et un aide-mémoire concernant l'épreuve d'admissibilité du CRPE, voir ce document
Remarque : mes anciens sites personnels, qui ne sont plus mis à jour, restent accessibles ici.


Page d'accueil du blog      Auteur et contenu du blog   


Blog de Dominique Pernoux, ex-formateur en mathématiques

L'évolution des performances en calcul des élèves de CM2 à trente ans d'intervalle (1987-2017) (Note d'information de la DEPP publiée en mars 2019)

29 Mars 2019 , Rédigé par Dom Publié dans #Ecole primaire, #Collège et lycée

Note d'information au format pdf :
 








https://cache.media.education.gouv.fr/file/2019/15/9/depp-ni-2019-19-08-evolution-des-performances-en-calcul-des-eleves-CM2-a-trente-ans-d-intervalle-1987-2017_1100159.pdf
 

Résumé (source):

"En 2017, la reprise d’une enquête initiée en 1987, portant sur le calcul en fin de CM2, permet de comparer les performances des élèves à trente ans d’intervalle. Cette enquête donne des résultats à quatre temps de mesure : 1987, 1999, 2007 et 2017. Entre 1987 et 1999, les performances des élèves avaient fortement baissé. Cette tendance s’était atténuée entre 1999 et 2007. Dix ans plus tard, on assiste à une baisse des performances des élèves moins marquée cependant qu’entre 1987 et 1999. Les écarts restent les mêmes selon l’origine sociale.Les garçons réussissent mieux que les filles sur toute la période, mais l’écart de performances se réduit en 2017.La baisse des performances des élèves en retard scolaire, moins nombreux en 2017 qu’en 1987, est plus marquée que celle des élèves « à l’heure »."

Voir aussi cet article du site VousNousIls :

"En 2017-2018, l'absentéisme touche en moyenne 5,6 % des élèves du second degré public" (Note d'information de la DEPP publiée en mars 2019)

28 Mars 2019 , Rédigé par Dom Publié dans #Collège et lycée

Résumé (source) :

"De septembre 2017 à mai 2018, dans les établissements publics du second degré, 5,6 % des élèves ont été absents de façon non justifiée quatre demi-journées ou plus par mois, en moyenne. Ce taux d’absentéisme moyen annuel est de 3,2 % dans les collèges, de 6,8 % dans les lycées d’enseignement général et technologique (LEGT) et de 18,3 % dans les lycées professionnels (LP).
Comme chaque année, le taux d’absentéisme varie fortement d’un établissement à l’autre : en janvier 2018, l’absentéisme touche moins de 1,7 % des élèves dans la moitié des établissements, alors que, dans un établissement sur dix, il dépasse 12 %. Ces 10 % d’établissements les plus touchés concentrent la moitié des élèves absentéistes. L’absentéisme est plus élevé dans les établissements socialement défavorisés.
Du fait de leurs absences non justifiées, les élèves perdent en moyenne 1,6 % de temps d’enseignement. Lorsque toutes les absences, quel que soit le motif, sont prises en compte, ce temps d’enseignement perdu passe à 6,7 %.
Dans 95 % des départements, la proportion des élèves signalés pour leur absentéisme persistant est inférieure à 1 %."

Auditions devant la commission d'enquête sur l'inclusion des élèves handicapés dans l'école et l'université de la République, quatorze ans après la loi du 11 février 2005 (enregistrements vidéo mis en ligne sur le site de l'Assemblée nationale)

27 Mars 2019 , Rédigé par Dom Publié dans #ASH


Ajout le 3 avril 2019 : pour les auditions du 2 avril 2019, voir ici.

Auditions du mardi 19 mars :

Auditions du mardi 26 mars :

"La formation continue des enseignants du second degré : de la formation continue au développement professionnel et personnel" (Rapport IGEN/IGAENR daté de septembre 2018 et publié en mars 2019)

23 Mars 2019 , Rédigé par Dom Publié dans #Collège et lycée, #Formation des enseignants

Rapport au format pdf :

 

 

 

 

http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/2019/78/8/Rapport_FC_enseignants_second_degre_1093788.pdf

Résumé (source) :

"Le rapport propose des recommandations qui s'appuient sur des leviers et des outils renouvelés tels que :

  • fonder les actions de formation sur l'expression par les enseignants de leurs besoins individuels et collectifs pour mieux les adapter à leurs profils et à leur contexte d'exercice avec une élaboration de plans de formation au niveau des établissements ;
  • affiner le référentiel de compétences des métiers du professorat et de l'éducation ;
  • faire de la formation continue un véritable outil de gestion des carrières ;
  • simplifier la gestion et les procédures et mettre en place un dispositif d'évaluation des actions de formation ;
  • mener une politique incitative en faveur de la formation.

Le rapport engage ainsi à promouvoir le concept de développement professionnel et personnel dont l'usage se généralise dans les administrations comme dans les entreprises. Il convient d'engager les enseignants à se former pour deux raisons principales : la réussite des élèves dont ils ont la charge, mais également leur propre épanouissement professionnel et personnel. Ces deux aspects contribuant à améliorer l'image du métier d'enseignant, et par voie de conséquence son attractivité.

Des enseignants bien formés et satisfaits de leur formation sont des enseignants épanouis qui progressent et montent en compétences, qui considèrent leur professionnalité non pas comme un héritage, mais comme une promesse à venir, au bénéfice de la réussite des élèves qui leur sont confiés."

 

 

Les indicateurs de résultats des lycées

20 Mars 2019 , Rédigé par Dom Publié dans #Collège et lycée

Dossier mis en ligne sur le site du ministère :

Voir aussi ces articles du Café pédagogique :

"Les déterminants de la poursuite d'études en classe préparatoire aux grandes écoles : les enseignements de la procédure APB" (Note d'information du SIES)

18 Mars 2019 , Rédigé par Dom Publié dans #Collège et lycée, #Enseignement Supérieur

Note d'information au format pdf :






http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/2019/76/4/NI_2019_4_CPGE_APB_1090764.pdf

Résumé (source) :

" À niveau scolaire égal, l'académie d'origine, la présence d'une C.P.G.E. dans le lycée mais aussi le sexe et l'origine sociale influencent sensiblement la décision des élèves de choisir une C.P.G.E. en premier vœu sur A.P.B. L'ampleur des effets étudiés est particulièrement grande chez les lycéens en série scientifique. Pour ces derniers, et à caractéristiques égales, il faut qu'une fille ait une moyenne supérieure de 1,5 points au baccalauréat pour qu'elle ait la même probabilité qu'un garçon de placer une C.P.G.E. en premier vœu. Parmi les élèves qui demandent une C.P.G.E. en premier vœu, les probabilités d'obtenir ce premier vœu, fortement corrélées à leur niveau scolaire, sont en revanche indépendantes du sexe et de l'origine sociale. Néanmoins, deux effets contraires semblent influencer le choix des lycées accueillant des C.P.G.E. À résultats scolaires égaux, les élèves postulants déjà présents en terminale dans ce lycée ont une probabilité plus forte d'être admis. Les élèves issus de lycées où le niveau scolaire est plus faible sont plus susceptibles d'être admis sur leur premier vœu en C.P.G.E. "

"L'interculturel à l'école : quels cadres de référence ?" (dossier de veille de l'IFÉ - mars 2019)

13 Mars 2019 , Rédigé par Dom


Voir aussi cet article :