Notes d'information de la DEPP concernant les salaires des enseignants (novembre 2019)

Publié le par Dom

1°) Première note d'information intitulée "La rémunération des enseignants en Europe : où en est la France ? :








https://cache.media.education.gouv.fr/file/2019/78/0/depp-ni-2019-19-42-remuneration-des-enseignants-en-Europe-ou-en-est-la-France_1201780.pdf

Résumé (source) :
"
En 2017-2018, dans l’enseignement public, les salaires statutaires bruts en début et en milieu de carrière des enseignants aux statuts les plus représentatifs sont plus bas en France (professeurs des écoles et certifiés) que dans les pays comparables au sein de l’Union européenne.
À tous les niveaux d’enseignement, durant la première partie de la carrière, les enseignants en Allemagne perçoivent au moins le double du salaire statutaire des enseignants en France, à ancienneté égale (début d’échelle et avec quinze ans d’ancienneté).
En 2016-2017, dans l’élémentaire et le premier cycle du secondaire, les salaires effectifs des enseignants du secteur public âgés de 25 à 64 ans sont inférieurs en France (année civile 2016) à ceux de l’Allemagne, de l’Angleterre ou encore de la Finlande. Aux mêmes niveaux d’enseignement public, la France reste en retrait par rapport à ces autres pays lorsque les salaires des enseignants sont rapportés aux revenus de l’ensemble des actifs diplômés de l’enseignement supérieur, tous secteurs d’activité confondus."

 

2°) Deuxième note d'information intitulée "L'évolution du salaire des enseignants entre 2016 et 2017" :








https://cache.media.education.gouv.fr/file/2019/12/4/depp-ni-2019-19-41-evolution-salaire-enseignants-2016-2017_1201124.pdf

Résumé (source) :
"
En 2017, un enseignant de l’Éducation nationale perçoit en moyenne 2 440 euros nets par mois : 2 570 euros pour un enseignant à temps plein, 1 730 euros pour un enseignant à temps partiel ou incomplet. Des différences de salaire existent selon le statut et le corps, allant du simple au double. Ainsi, les professeurs agrégés et de chaire supérieure gagnent 1,6 fois plus que les professeurs des écoles et 2,1 fois plus que les professeurs contractuels. Par ailleurs, les fonctions exercées par l’enseignant sont source d’écarts de salaire.
En 2017, alors que le protocole « Parcours professionnels, carrière et rémunération » entre en vigueur pour les enseignants, la moitié des enseignants déjà rémunérés par l’Éducation nationale l’année précédente ont gagné au moins 2,9 % de plus qu’en 2016 en euros constants, malgré la reprise de l’inflation (+ 1 %).

 

3°) Voir aussi cet article du Café pédagogique :

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

8887scandale 10/12/2019 17:58

Retraites amputées de 30%, par conséquent d’importantes pertes de revenus très prochainement alors que nos salaires sont déjà notoirement insuffisants et ce depuis longtemps.C’est tout simplement inacceptable et scandaleux.Que répond le gouvernement ? Il faudrait augmenter les salaires des enseignants…….d’ici une trentaine d’années.Si ce n’est pas une escroquerie cela y ressemble fort.De qui se moque-t-on ?